Vous souhaitez emprunter pour un projet professionnel ? Comme les particuliers, vous serez tenu de souscrire en même temps une assurance emprunteur. A quoi sert-elle et comment la choisir ? Voici quelques éléments pour vous y aider. Les banques exigent quasi systématiquement la souscription d’une assurance lorsque vous contracter un prêt professionnel, qu’il s’agisse d’un achat immobilier ou d’un emprunt pour du matériel. Pourquoi ?

A quoi sert l’assurance emprunteur ?

 

Elle sert à garantir le remboursement de votre prêt en cas d’incapacité de travail, suite à des problèmes de santé ou à un accident (invalidité, décès…).

Dans ce cas, l’assurance prendra en charge tout ou partie des mensualités de remboursement du prêt, en tenant compte de la perte de revenus réellement subie, du plafond maximal d’indemnisation (par année ou par sinistre) ou encore de la durée de la garantie.

 

Comme pour un prêt personnel, vous pouvez contacter un autre organisme que la banque pour choisir votre assurance emprunteur.

 

En effet, deux possibilités s’offrent à vous :

- contracter l’assurance emprunteur standard proposée par l'établissement prêteur.

Ce contrat est en général collectif, établi à partir de la moyenne des risques de tous les assurés.

- choisir un contrat individuel, spécifique à votre profil, votre âge, le montant emprunté, votre état de santé... chez un assureur.

 

A savoir : les primes d’assurance peuvent, dans certains cas, constituer une charge déductible du bénéfice imposable de votre entreprise (cf. Loi Madelin ). Rapprochez-vous de votre expert-comptable, qui saura vous renseigner sur les différents cas de figure.

 

Quelques conseils pour bien choisir votre assurance emprunteur :

 

- Les enjeux sont importants : c’est pour vous la certitude de ne pas voir vos héritiers tenus de rembourser à votre place si vous disparaissiez.

Vérifiez bien que vous souscrivez des garanties efficaces.

 

- Examinez votre contrat avec attention, car certains d’entre eux prévoient des exclusions de garanties, comme la pratique de certains sports amateurs ou des déplacements dans le monde.

Vérifiez bien les exclusions.

 

- Sachez enfin que certains contrats prévoient un délai de carence (1) ou une clause de franchise (2). Des précisions qu’il vaut mieux avoir en tête avant d’arrêter définitivement votre choix !

Vérifiez bien les délais de carence et clauses de franchise.

 

- Le montant des primes d’assurance peut alourdir fortement le coût de votre prêt.

N’hésitez pas à comparer plusieurs assurances emprunteur pour que votre projet reste compétitif !

 

 

(1) : période de latence suivant votre adhésion au contrat, durant laquelle, si un sinistre survient, vous n’êtes pas assuré, par exemple la première année

(2) : période suivant le sinistre durant laquelle vous n’êtes pas non plus indemnisé, par exemple les 90 premiers jours suivant la déclaration de votre incapacité