Ne pas vous préoccuper des troubles musculo-squelettiques de vos employés peut vous coûter cher ! Et ne pensez pas que vous n’êtes pas concerné : ces maladies professionnelles dues à un travail répétitif touchent toutes les entreprises, des plus petites aux plus grandes. Alors mieux vaut les prévenir.

Selon l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), l’entreprise dont l’un de ses salariés est touché par un TMS déboursera en moyenne 21 000 euros pour ce salarié. Et ce cas de figure n’est pas exceptionnel car les TMS sont devenues les maladies professionnelles les plus courantes ! Ces pathologies sont en effet la première cause d’arrêt de travail.

 

Que sont les TMS ?

Ce terme regroupe en fait une quinzaine de maladies qui affectent les muscles, les tendons, les nerfs, principalement des épaules, du coude, des extrémités des membres supérieurs, du cou et du dos, et qui résultent d'un déséquilibre entre les capacités physiques du corps et les contraintes auxquelles il est soumis.

Les causes sont variées. Par exemple, ça peut être lié :

 

  • au poste de travail et à son environnement : postures contraignantes, gestes répétitifs, travail immobile prolongé, efforts importants, manutention d’objets lourds, aggravé par le froid…

 

  • à l’organisation du travail : cadence imposée, manque de pause…

 

  • au climat social de l’entreprise : tensions, manque de moyens pour bien faire…

 

Les conséquences des TMS pour votre entreprise

Elles peuvent être importantes :

 

  • Non seulement financières, avec les indemnisations que vous devrez verser à votre salarié en arrêt de travail, les frais liés à l’aménagement que vous devrez apporter aux postes de travail qui posent problème et le temps passé à gérer ce dossier.

 

  • Mais aussi l’absentéisme voire le turn-over de vos salariés, et donc une perte de productivité…

 

Il est donc fortement conseiller de se préoccuper en amont de ces questions pour mettre en place une démarche de prévention.

 

Pour vous y aider, le Ministère du travail propose sur son site une fiche pratique qui détaille les méthodes pour prévenir les TMS*. Cette fiche donne des conseils, des exemples d’entreprises, des contacts…

Autre outil pour vous accompagner dans vos démarches : l’Assurance maladie met à disposition des employeurs un site totalement dédié à ce sujet**, qui expliquent les actions à adopter pour lutter contre les TMS.

 

TMS : des aides financières pour les petites entreprises

Enfin, pour aider les plus petites entreprises à s’engager dans une démarche de prévention des TMS, l’Assurance Maladie a mis en place des aides financières, notamment :

 

  • L’aide TMS Pros Diagnostic (25 000 euros maxi) qui permet de financer 70% du montant de prestations comme la formation d’une personne chargée de mettre en œuvre un projet de prévention des troubles musculo-squelettiques, ou encore la réalisation d’un diagnostic de prévention des TMS.

 

  • L’aide TMS Pros Action (25 000 euros maxi) pour financer à hauteur de 50 % des investissements comme de l’achat de matériel et d’équipements pour réduire les contraintes physiques.

 

Ces aides sont à demander au service prévention de votre Caisse régionale (Carsat ou Cramif).

 

 

 

* fiche du Ministère du Travail, ici

 

** pour consulter ce site, cliquez ici