Dans le métier du conseil, toute absence ou défaillance du consultant en charge de la mission peut potentiellement provoquer une perte immédiate de chiffre d’affaires et donc engendrer un risque direct sur la rémunération des dirigeants. Alain Treister et son frère Ludovic Kosloff-Treister, codirigeants de Kamae Conseil, ont souscrit un contrat de prévoyance leur garantissant un maintien de leurs revenus en cas de coup dur.

« Cette entreprise est une affaire de famille. Mon frère a lancé Kamae Conseil en 2007 et je l’ai rejoint en 2010 en tant que codirigeant. Notre activité consiste à proposer des prestations de formation, de coaching, de team building et de conduite du changement à des entreprises de tous secteurs, en France et à l’international.

 

Une assurance pour dirigeant en cas d’arrêt de travail

 

Nous sommes entourés d'une équipe de 9 consultants free lance, tous seniors et expérimentés dans leurs domaines. Si chacun d'entre eux est à même de nous remplacer en cas d'urgence sur une mission, nous demeurons, Ludovic et moi, en charge de la direction des projets, de la conception des dispositifs pédagogiques et de l'animation de la majeure partie des modules proposés. A ceci s'ajoute nos missions courantes de gestion et de développement commercial de Kamae Conseil.

Si elle offre souplesse et réactivité à nos clients, cette organisation implique également une lourde responsabilité pour mon frère et moi. Etant notre principal outil de travail, toute absence de l'un de nous pour raison de santé peut avoir des conséquences financières  fâcheuses ! Surtout que nos plannings sont remplis 6 mois à l’avance…

 

Nos clients sont notre priorité. Quoi qu’il arrive, nous devons honorer nos engagements vis-à-vis de nos clients et nous organiser en conséquence. De ce fait, nous avons cherché des solutions pour anticiper sur toutes les situations qui pourraient nous empêcher de fournir la prestation sur laquelle nous nous sommes engagés. Mais aussi pour nous protéger nous même et nos familles. C’est pourquoi nous avons décidé l’an dernier de souscrire un contrat de prévoyance sur les conseils de notre Agent d’assurances. Il nous suit depuis longtemps et connaît notre fonctionnement, ce qui lui a permis de nous conseiller les garanties les mieux adaptées à nos besoins. De quoi travailler plus sereinement ! »

Conseil d’expert

« Votre métier vous impose d’être présent physiquement pour honorer vos prestations. Puisque vous n’êtes pas payé en cas d’absence, il est primordial de prendre des dispositions pour maintenir votre niveau de revenu en cas de coup dur (maladie, accident, décès).

 

  • 1er point à étudier : de quoi est composée votre rémunération ?

Dans votre cas, votre rémunération est composée d'une part d’un revenu de gérance (équivalent d’un salaire) et d'autre part d’un dividende en tant qu’actionnaire de la société. Il faut donc veiller à ce que votre dividende soit bien intégré dans l’estimation de votre revenu et que le niveau d’indemnités journalières prévu dans votre contrat en tienne ainsi compte.

La rémunération sous forme de dividende jouissait encore en 2012 d’une fiscalité avantageuse mais avec les dernières évolutions législatives, cela risque d’être moins vrai… Si début 2014, vous décidiez de ne plus vous rémunérer par dividende (au titre de 2013), il faudrait prévoir une mise à jour de votre contrat.

 

  • 2ème point à étudier : quels sont vos besoins ?

Dans votre cas, il est particulièrement important d’avoir un délai de carence très court car dès le premier jour d’arrêt, vous ne pouvez pas honorer votre prestation et n’êtes donc pas payé. Prévoyez également un forfait hospitalisation, qui permet de couvrir votre manque à gagner du fait de votre absence – à la différence des forfaits de votre complémentaire santé qui couvrent les frais de soins et éventuellement de confort.

 

  • 3ème point à étudier : quelle est votre situation familiale ?

Si vous êtes marié, il est possible de prévoir une rente pour votre conjoint en cas de décès. Et si vous avez des enfants, pensez à prévoir une rente éducation. Ce sont des capitaux qui sont versés en cas de décès pour palier la baisse de niveau de revenu ressentie par vos proches du fait de votre disparition. »

 

Thomas Ulrich, Agent général Gan Assurances à Paris