A la tête d’un restaurant gastronomique, Thierry Moyne est convaincu que la qualité passe aussi par le bien-être de ses salariés. Pour fidéliser son équipe, il a donc mis en place un Plan d’Epargne Entreprise, ainsi qu’une complémentaire santé.

« Dès l’ouverture de mon restaurant en 1998, j’ai accordé une grande importance aux conditions de travail de mon personnel. Car je pense que c’est en prenant plaisir à travailler que l’on sait donner du plaisir aux clients ! L’équipe compte aujourd’hui quatre salariés, deux apprentis et deux ou trois occasionnels selon la saison. Mon objectif : faire plus de cuisine et moins de planning…

Intéresser les salariés aux résultats de l’entreprise

J’ai donc mis en place un plan d’épargne d’entreprise (PEE) et un plan d’épargne retraite (PERP), pour ajouter une part variable au salaire de mes employés et introduire ainsi une notion de résultat : puisqu’ils touchent un intéressement sur les bénéfices du restaurant, chacun gagne à bien travailler ! Nous y avons tous accès, apprentis comme patron, avec le même abondement. C’est donc un vrai outil de management et d’investissement.

 

Dans le même esprit, l’entreprise a souscrit un contrat collectif de complémentaire santé. La restauration étant une activité peu consommatrice de médicaments grâce aux conseils de mon assureur, j’ai pu adapter nos garanties au profil de l’équipe ! »

Conseil d’expert

« Selon le profil de vos salariés, il peut être intéressant de souscrire un Plan Epargne Retraite (PERP) en même temps qu'un Plan Epargne Entreprise (PEE). Cela permet de répondre aux attentes d'une large population : les plus jeunes auront intérêt à verser leur intéressement sur le PEE pour envisager l'achat de leur résidence principale par exemple, tandis que les personnes partant à la retraite d’ici 10 à 15 ans trouveront leur avantage en versant l’intéressement sur le PERP afin de préparer leur avenir proche. Les 2 solutions sont donc complémentaires pour satisfaire l'ensemble de vos salariés.

 

En matière de complémentaire santé, il faut savoir que la convention collective des hôtels, cafés, restaurants (aussi appelée convention des HCR ou convention collective HCR) stipule une obligation à fournir un régime professionnel de frais de santé avec un minimum de garanties à mettre en place. Tous les salariés sont donc concernés et la nouvelle obligation légale ne devrait pas avoir d’impact sur ce secteur. »

 

Gérard Baumann, Agent général Gan Assurances