Avec Julien Lozano, Vincent Guidon a créé Bed&School en 2009, la première société spécialisée dans le logement étudiant, qu’il s’agisse de vente, de location ou de gestion locative d’appartements qui répondent aux besoins spécifiques des étudiants. Le concept a fait des émules puisque plusieurs agences ont ouvert en France. Les deux associés ont alors dû faire face à l’augmentation rapide de leur masse salariale et notamment à leur obligation de mettre en place un contrat de santé collectif au 1er janvier dernier.

 

« Aujourd’hui, les cursus scolaires sont de plus en plus morcelés. Les étudiants se voient obligés de changer de logement, parfois plusieurs fois, au cours de leurs études. Trouver un logement devient vite un casse-tête… il faut passer par un propriétaire privé ou par une agence immobilière, mais ce n’est pas toujours adapté aux besoins des étudiants.

Nous nous sommes dit qu’il y avait un vrai marché étudiant, avec des besoins spécifiques, comme par exemple, des logements ciblés (proches des facs, transports…), un accompagnement pour monter un dossier à la CAF, des informations sur les animations estudiantines…

Nous avons monté une première agence à Tours en 2009, avec un business modèle basé sur la location de logements. Et après, un benchmarketing qui nous a permis d’identifier que nous n’avions pas de concurrence, nous avons ouvert une autre agence à Poitiers, puis une à Nancy, ensuite à Nantes, Rennes, Angers et Paris.

Aujourd’hui, Bed&School est présent sur 9 lieux différents, soit en propre soit sous forme de franchise, ce qui représente environ 25 salariés pour l’ensemble du groupe. Forts de notre expérience en matière de location, nous voulons développer davantage la vente et la gestion locative d’appartements étudiants.

 

 

 BedandSchool

 

 

Comment gérer la croissance de sa masse salariale ?

 

Notre entreprise s’est développée rapidement sur plusieurs sites, avec plusieurs métiers recouvrant des compétences différentes. Nous sommes passés en quelque sorte de l’artisanat à de l’industrialisation. Il fallait donc « industrialiser » également nos process en matière de ressources humaines. Au premier janvier dernier, nous avons mis en place un contrat collectif de santé et un contrat collectif prévoyance pour tous nos salariés puisque c’est désormais obligatoire. Cela nous a permis de pouvoir dupliquer ce qui était fait à Tours à Poitiers, puis à Nancy, etc.

La mise en place de ces contrats nécessite toutefois un peu de pédagogie en amont avec les salariés déjà en place, pour qu’ils comprennent bien leur intérêt, et cela constitue un réel avantage lors du recrutement de nouveaux collaborateurs.

Mieux vaut anticiper un peu ces sujets de santé et prévoyance et se faire accompagner par un expert. En effet, le fait d’avoir un vrai interlocuteur unique, de proximité, capable de nous conseiller et de faire un suivi de nos contrats, cela permet de gagner en sérénité et en efficacité !»

 

Conseil de l'expert 

 

« En matière de santé et de prévoyance, il est indispensable avant tout pour le chef d’entreprise de regarder les engagements auxquels il est soumis par le droit du travail et sa convention collective. Certaines conventions rendent en effet ces contrats obligatoires dans leur secteur d’activité. Depuis janvier 2016, la loi a également imposé la mise en place d’un contrat santé dans toutes les entreprises.

 

Ces deux types de contrat recouvrent des prestations différentes :

  • la prévoyance : elle permet de prévoir un complément de revenu si certains risques surviennent au court de la vie active du salarié comme un arrêt de travail pour accident ou maladie professionnelle, l’invalidité, voire le décès.
  • la santé : couvre ce qui est lié au remboursement des frais de santé.

 

Les deux contrats sont complémentaires puisque le salarié a besoin à la fois de faire face à ses dépenses de santé au quotidien mais aussi de pouvoir se préserver des risques qui l’empêcherait de travailler et donc de gagner sa vie.

La prévoyance, c’est très important, c’est même le premier risque que le chef d’entreprise devrait couvrir ! Car autant trouver des moyens pour payer un médicament peut être assez simple, autant gérer une situation où le salarié subit un risque pouvant mettre en péril l’activité de l’entreprise est beaucoup plus difficile.

 

Dans le cas de Bed&School, la spécificité réside dans la multiplicité des sites d’activité sur plusieurs villes de France, certains sites proposant déjà une couverture santé et prévoyance à leurs salariés.

 

Voici la démarche suivie pour mettre en place ces contrats :

 

1/ adapter et harmoniser l’ensemble pour proposer une couverture commune pour tous les salariés du groupe.

Ces contrats d’assurance santé et prévoyance pourront être proposés par la suite à tous les futurs franchisés.

Bed&School répond ainsi à son obligation de mettre en place un contrat santé et prévoyance, prévue par la convention collective de l’immobilier.

 

2/ organiser plusieurs réunions avec les salariés pour leur expliquer le principe et l’intérêt de ces types de contrat.

 

La santé et la prévoyance peuvent être de véritables avantages sociaux pour les salariés. Cependant, pensez à bien mettre en avant ces avantages au cours de discussions avec vos salariés. N’hésitez pas à faire appel à un expert pour mettre en place un rétroplanning avec des rendez-vous physiques, car les négociations et la collecte de tous les éléments prennent du temps ! »

 

Romuald Noubissie, chargé de missions Gan Assurances à Antony (92)