L'arrivée du smartphone et des nouvelles technologies a changé la donne dans le domaine du commerce… vous obligeant, commerçants, à vous adapter ! Alors, à quoi s’attendre pour pouvoir anticiper ce changement ? Voici quelques données qui pourraient vous aider.

 

A quoi ressemblera un magasin en 2030 ? Quels seront les achats des consommateurs faits exclusivement sur internet demain ? Une enquête réalisée par l’Ifop pour Comarch ERP en décembre dernier apporte plusieurs éléments de réponse instructifs.

 

Des tendances incontournables…

Selon cette étude, voici les grandes tendances sur lesquelles il vous faudra compter en matière de commerce demain :

 

  • Si le consommateur est aujourd’hui déjà multicanal, repérant sur internet via son ordinateur voire de plus en plus souvent sur son smartphone, pour finalement acheter en boutique ou à l’inverse consultant le produit dans le commerce pour ensuite le commander sur le web, cette tendance s’accentuera.

 

Le site internet deviendra non seulement indispensable mais il devra proposer une vraie cohérence et une fluidité dans le parcours d’achat du client.

 

Quant à la boutique, elle devra s’adapter à ces consommateurs moins sensibles aux stratégies commerciales et dont le parcours en magasin sera moins déambulatoire.

 

 

  • les vendeurs deviendront plutôt des conseillers, là aussi pour faciliter l'acte d'achat.

 

On peut imaginer que le vendeur, s’il a accès au profil de son client, pourra mieux le conseiller, repérer ses besoins, lui faire des offres attractives… Le digital pourra en outre l’aider à la démonstration de l’usage du produit, sur tablette par exemple, donner des explications, vérifier la disponibilité…

 

 

  • les magasins seront équipés d’outils numériques. Outre des tablettes pour les vendeurs, les caisses seront remplacées par des solutions de paiement dématérialisées.

 

… Mais qui ne font pas oublier certains freins

Attention tout de même, toujours selon l’étude, ces innovations comportent encore certains inconvénients aux yeux des consommateurs.

 

Notamment :

 

  • la démarche des commerçants pour mieux connaître le profil de leurs clients, leurs goûts, leur localisation, afin de mieux cibler leur offre, est encore mal perçue. Globalement, les consommateurs trouvent toujours ces demandes trop intrusives…

 

  • certains secteurs d’activités seront semble-t-il moins impactés par le tout numérique, les clients lui préférant visiblement pour longtemps encore l’achat en boutique ! C’est le cas par exemple des bijoux ou du bricolage.

 

Pour vous aider dans votre réflexion sur le commerce connecté

Sachez que le sujet du commerce connecté alimente différentes sources d’information :

 

  • des livres, par exemple « Le commerce connecté : Comment le digital révolutionne le point de vente » de Jean-Baptiste Vallet et Vincent Druguet, aux Ed. Eyrolles

 

 

  • ou encore des salons, notamment E-commerce Paris, à la porte de Versailles du 12 au 14 septembre 2016.

 

 

Et pour consulter l’étude complète, cliquez ici