Céline Habert, 25 ans, a décidé de créer son entreprise de vente de pretzel, une variante revisitée par les Américains des bretzels. Elle n’imaginait pas les difficultés qu’elle rencontrerait pour trouver l’emplacement de son point de vente.

« J’ai toujours eu envie de créer mon entreprise. Lorsqu’après mes 5 années d’études en école de commerce, je suis partie à Londres pour apprendre l’anglais et que j’ai gouté aux pretzels, j’ai eu un véritable coup de cœur. De retour en France, j’ai rapidement pris contact avec le siège social américain de la marque de pretzel la plus connue. Ils m’ont proposé de monter une master franchise pour la région Ile-de-France, mais me demandaient un apport de 200 000 euros ! Une somme considérable... J’ai alors décidé de lancer mon propre concept de pretzels. Assez rapidement, je me suis intéressée à mon emplacement. Car pour être rentable, il me faut vendre beaucoup de produits donc être située à un endroit extrêmement passant. J’ai choisi de m’implanter dans un centre commercial avec un beau kiosque.

 

Un an et demi de tractations avec les centres commerciaux

En France, les centres commerciaux sont gérés principalement par des grands groupes qui se basent sur de nombreux critères (réussite de la marque, rentabilité, expérience, temps d'existence...) pour sélectionner les enseignes présentes dans leurs centres. Le premier groupe que j’ai contacté n’a pas donné suite quand je lui ai annoncé que finalement je ne me lançais pas avec la franchise américaine mais sous ma propre marque, donc totalement inconnue. Le deuxième m’a fait perdre six mois pour en définitive me dire que le bail du commerce à côté ne permettait pas l’installation d’un kiosque. C'est au bout de ma troisième tentative, après un an et demi de tractations au total, que j'ai enfin signé un bail commercial ! Je devrais ouvrir très prochainement dans un centre commercial de Aulnay sous Bois. Le directeur a choisi de me faire confiance car le concept lui plaisait et j’ai suivi ses conseils de modification de l’enseigne. Il ne me manque plus que la validation de la mairie ! ».

Conseils d’expert

« Le choix de Céline de rechercher un emplacement en centre commercial est pertinent. Il est en effet aujourd’hui moins risqué de lancer un nouveau concept dans ces lieux de grand passage et où l’animation est forte, que dans un centre ville qui draine généralement moins de trafic. Le revers de la médaille c’est que de plus en plus de centres commerciaux sont gérés par des grands groupes qui recherchent une rentabilité rapide de leurs investissements et ont donc tendance à miser sur des franchises connues pour faire venir du monde. Sauf si le concept est novateur, ce qui a visiblement séduit le centre de Aulnay-sous-bois dans le cas des pretzels ! ».

 

Pascal Basso-Bert, Agent général à Franconville